"Le pouvoir est maudit, c'est pourquoi je suis anarchiste."
(Louise Michel)

Soutien au peuple Kurde en lutte à Kobané

Posted: novembre 25th, 2014 | Author: | Filed under: General, Textes qu'on aime bien | Tags: , , , | No Comments »

Manifestation samedi 29 novembre à 15 h, place Pey Berland, Bordeaux !

Nous relayons ici plusieurs textes expliquant la résistance menée par le peuple du Rojava contre l’Etat Islamique, pour défendre une région en pleine expérimentation sociale et politique :

Fascistes de l’EI, bas les pattes du Rojava ! Solidarité avec le processus révolutionnaire kurde !

Depuis plus de deux ans, le Rojava (Kurdistan syrien), est engagé dans un processus révolutionnaire spécifique. Resté longtemps à l’écart de celui proposé en Syrie car considéré comme trop marqué par l’idéologie panarabe et nationaliste, puis confronté à une contre-révolution interne fasciste et religieux takfiri, le Rojava développe ses propres institutions sociales, chasse les troupes du régime de Bachar, et affronte les forces politico-religieuses ou nationalistes arabes qui tentent de liquider cette dynamique autonomiste.

Se développe alors à une échelle populaire de masse une dynamique d’auto-organisation sociale, économique et politique, fondée sur un projet de « confédéralisme démocratique » incluant la lutte pour l’égalité homme-femme, l’inclusion des minorités religieuses, nationales et sexuelles dans les institutions locales.
Ce projet de confédéralisme démocratique est porté par le la KCK (confédération kurde), alliant mouvement populaire (TEVDEM) et le partis politique PYD, proche du PKK.
Le PKK, initialement influencé par une idéologie marxiste-léniniste posant la question kurde en terme de lutte de libération nationale pour la constitution d’un Etat nation, a évolué sous l’influence de son fondateur, Abdullah Öcalan, vers des positions critiquant la logique nationaliste, la doctrine marxiste-léniniste et son caractère centralisateur.

Influencé par les idées du communiste libertaire américain Murray Bookchin, théoricien du municipalisme libertaire et de l’écologie sociale, il critique la stratégie nationaliste (construction d’un Etat nation) pour lui substituer une stratégie de développement d’institutions locales autonomes, assurant le développement de la culture kurde sans pour autant construire un cadre centralisateur et homogénisateur.
Cette évolution, si elle ne s’est pas faite sans heurts, et reste toujours en butte à certains héritages autoritaires, est d’une grande importance pour la région : elle marque la perspective d’une rupture avec un nationalisme négateur de la diversité culturelle et sociale de la région, avec une idéologie patriarcale et conservatrice religieuse, avec une vision laique et socialiste de la question kurde.
Parallèlement, cette stratégie s’appuie sur le développement d’un mouvement d’autodéfense populaire armé, avec la création de milice (YPG et YPJ) garantissant une large place aux femmes, qui permet l’autodéfense des kurdes, et particulièrement des femmes kurdes, face aux différents régimes et aux fascistes religieux.

Nos camarades anarchistes syrienNEs turcQUEs, kurdes et iranienNEs ne s’y sont pas trompés : ils et elles ont déclaré leur soutien sans réserve à ce mouvement populaire d’autodéfense, qui ouvre une autre voie pour le Moyen-Orient. Quelles que soient les critiques qu’elles et ils  font sur la forme partidaire, sur ce qu’ils et elles estiment être une critique insuffisante de l’institution étatique, elles et ils reconnaissent dans la processus révolutionnaire au Rojava un acquis précieux à préserver, à étendre et à défendre par tous les moyens face aux fascistes religieux, aux manœuvres de l’Etat turc et des impérialismes occidentaux, mais aussi au régime de Bachar El Assad. Cela au nom de l’unité antifasciste et de la solidarité révolutionnaire.
Quant à nous, et pour les mêmes raisons  il nous semble que le mouvement d’auto-organisation populaire kurde mérite tout notre soutien face aux fascistes religieux. Cela passe par la dénonciation de l’hypocrisie des États occidentaux qui continuent de classer le PKK comme « organisation terroriste » tout en tolérant le soutien de l’État turc aux fascistes religieux. Qui instrumentalisent la situation pour alimenter dans leurs frontières une politique raciste, et pour défendre au Moyen-Orient leurs intérêts géostratégiques, en sacrifiant au besoin les populations kurdes.
Des Etats qui voient dans la création d’une « zone tampon » une solution alors qu’il ne s’agit que d’une occupation qui mènerait à son terme la liquidation de l’autonomie populaire au Rojava.
Pour nous cette solidarité se traduit  par notre soutien  aux travailleuses et travailleurs kurdes en lutte  quand ils et elles réclament:

  •  Des armes pour les révolutionnaires kurdes, préservant ainsi leur autonomie politique et leur permettant d’assurer leur autodéfense face aux fascistes et au régime
  •  La fin du classement du PKK comme organisation terroriste par l’UE et l’arrêt de la persécution des militantEs kurdes et des actions de solidarité avec le Kurdistan
  •  L’ouverture d’un corridor pour les combattants kurdes afin qu’ils puissent envoyer des renforts à Kobané
  •  La rupture de toute coopération policière et militaire de l’État français avec l’État turc

Le 21 octobre 2014
Relations Internationales de la Coordination des Groupes Anarchistes

 

Solidarité féministe avec Kôbané

Femmes en lutte 93 solidaires avec la lutte du peuple kurde !

Manifestation samedi 1er novembre, 14h Bastille !  

 

Samedi 1er novembre a lieu la journée mondiale de solidarité avec Kôbané et le peuple kurde de Syrie en lutte contre les forces de Daesh et les impérialistes depuis des mois.

Les femmes kurdes ont toujours été fortement engagées dans les combats pour la libération nationale et sociale de leur peuple. Nous avons toujours salué leurs engagements et déterminations à lier lutte contre le patriarcat et lutte pour le justice pour leur peuple.

Nous dénonçons le gouvernement Hollande qui intervient en Syrie au sein de la coalition impérialiste. Daesh assassin mais Hollande complice : le Proche et Moyen Orient est depuis des décennies le terrain de jeux des impérialistes et interventions après interventions, il n’y ont apporté que guerres et misères pour les femmes et les peuples. Nous rappelons que l’impérialisme français a aussi des responsabilités dans l’assassinat des trois femmes kurdes en janvier 2013.

 

 

Nous avons toujours été engagé dans le soutien aux luttes des femmes turques et kurdes.

Une copine Turque est intervenu à notre meeting Femmes en lutte dans le monde pour parler de la situation des femmes dans les usines textile et la lutte des femmes kurdes ( vidéo ici : http://www.youtube.com/watch?v=yEwhU56Kim8. ) 

 Nous avons participé aux mobilisations pour l’avortement en Turquie, nous avons participé aux grandes manifestations suite à l’assassinat en plein coeur de Paris des 3 militantes kurdes,

Nous avons participé à de nombreuses réunions avec les femmes du SKB.  Il y a 2 ans nous avons participé à leur congrès ( compte rendu ici). Le weekend du 1 er et 2 novembre 2014 se tient de nouveau leur congrès et nous avons été invité. Nous y participerons en partie pour échanger sur la situation des femmes en Europe, les femmes de Rojava et comment créer des solidarités. Nous vous donnons rendez-vous si vous voulez y participer à 18h au centre culturel kurde Ahmet Kaya, 16 rue d’Enghien, 75010 Paris.

De Palestine au Kurdistan, femmes en lutte

contre l’impérialisme et les réactionnaires ! 

 Les femmes sont en premières lignes de ces combats ! Elles sont investies à tous les niveaux de la résistance et nous les saluons.

Nous refusons toute intervention impérialiste en prenant prétexte de la libération des femmes ou des LGBT. Non au pinkwashing ! L’impérialisme ne libère pas les femmes ! Nous nous libérons nous-même ! 

Nous relayons l’appel de féministes de région parisienne qui ont lancé une campagne de soutien aux femmes de Rojava. Nous avons signé cet appel et nous participerons au cortège féministe avec elles samedi 1er novembre lors de la journée mondiale à Kôbané.

 

Toutes à la manifestation de samedi 1er novembre, 14h Bastille ! 

 Rdv sur les marches de l’opéra Bastille à 14h ! 

 

Appel féministe en solidarité avec Kobanê

Kobanê et le peuple de Rojava :

les féministes saluent votre détermination et votre résistance armée 

La population de Kobanê est engagée dans un combat contre les attaques des groupes armés de Daesh, dont l’objectif est de faire disparaître l’espoir de l’auto-détermination des peuples de Rojava et un projet social émancipateur et féministe.

Les femmes et les combattantes de Kôbane nous montrent le chemin !

Les femmes de Kobanê s’engagent dans ce combat avec dignité et courage. Si les femmes subissent de graves attaques (viols et enlèvements), elles ne sont pas uniquement des victimes. Elles représentent environ 30 à 40 % des unités de défense multi-ethniques (Kurdes, Arabes, Assyriennes, Chaldéennes, Turkmènes, Arméniennes) et multiconfessionnelles (Musulmanes, Yezidis, Chrétiennes, Juives) qui mènent la résistance contre les attaques de Daesh à Kobanê. Ce sont des combattantes qui défendent les droits de leurs peuples et leurs droits de femmes. Elles n’ont pas attendue la Coalition internationale pour s’organiser.

Nous féministes, sommes fières du combat qu’elles mènent. L’organisation politique de Rojava qu’elles défendent est un combat féministe : présence des femmes à tous les échelons politiques, en tant que co-maire dans toutes les municipalités et comme combattantes dans les unités de défenses du peuple (YPG) ; création de maison des femmes, d’assemblées populaires et d’académies pour les femmes ; création des unités non-mixtes de défense des femmes (YPJ) pour s’organiser contre les violences masculines, et aujourd’hui pour défendre la population contre les attaques de Daesh.

Droit à l’autodétermination du peuple Kurde et des peuples de Rojava ! Non aux projets impérialistes d’occupation !

Dans la région, le peuple Kurde doit faire face à la Turquie, qui a toujours réprimé toutes tentatives d’auto-détermination. La montée en puissance de Daesh a été rendue possible par le régime dictatorial et répressif de Bachar Al Assad, puis par les politiques des Etats-Unis, de l’Europe, des Monarchies du Golf et de la Turquie, qui ont contribué à les armer. « . Ces puissances n’ont aucun intérêt à laisser le peuple de Rojava gagner cette bataille, comme le montre la répression du gouvernement Turque qui arrête, enferme et assassine les militant-e-s qui manifestent leur soutien à Kobanê.

 Nous dénonçons le soutien du gouvernement Hollande au projet de la zone tampon défendue par la Turquie. La zone tampon est récusée par les combattant-e-s de Rojava car c’est une nouvelle tentative d’occupation de l’Ouest Kurdistan. Nous soutenons les combattant-e-s de Rojava dans leur refus d’une intervention des armées impérialistes par voix terrestre, qui, quels que soient leurs noms (« lutte contre la barbarie » ; « mission civilisatrice » ; « défense des femmes ») ne propagent que la guerre et la misère pour les peuples et les femmes, comme en Irak, en Afghanistan, en Palestine, en Centrafrique …

En tant que féministes, nous soutenons la demande des combattan-e-s de Rojava :

des armes sans condition !

 

Non à la complicité du gouvernement français !

Nous dénonçons la complicité de l’Etat français dans l’agression du peuple kurde. Non seulement le gouvernement français ne soutient pas la résistance du peuple de Rojava ; mais de plus, il a laissé faire l’assassinat de trois militantes Kurdes en plein Paris, en janvier 2013, au su et au vu des services de renseignements français, et, encore aujourd’hui il refuse d’ouvrir les dossiers concernant cette affaire.

Vive la lutte des femmes ! Vive la solidarité féministe internationaliste !

Nous aussi, nous sommes en lutte contre le capitalisme, contre le racisme, contre l’impérialisme et contre le patriarcat. Nous sommes mobilisées pour les droits des femmes, contre les violences masculines et contre le viol, contre les lois islamophobes, contre les politiques discriminatoires, contre les guerres impérialistes, contre le néo-colonialisme et le sionisme, pour l’auto-détermination des peuples comme pour la Palestine. Les combattantes des YPJ et des YPG défendent une société porteuse d’un projet social et féministe qui remet en cause le patriarcat et l’Etat-Nation, qui défend l’auto-détermination des peuples et l’émancipation des femmes. Aujourd’hui, mobilisons-nous et agissons pour exprimer notre solidarité avec elles ! Les actions et les manifestations de solidarité des féministes du monde entier sont essentielles pour renforcer nos combats communs. La victoire ou la défaite des combattantes à Rojava sera une victoire ou une défaite pour nous, ici, car nos luttes sont liées. En tant que féministes, mobilisons-nous ! Nous refusons toute instrumentalisation de notre solidarité féministe à des fins racistes et islamophobes.

Solidarité féministe avec la résistance des femmes à Kôbane !

Appel à l’initiative de  « Féministes en solidarité avec Kôbanê » : solidaritefemmeskobane@gmail.com



Leave a Reply

  •